Carmine Cella est compositeur de musique contemporaine et chercheur en informatique à l’ENS. Sa création interroge la notion de temps vécu dans l’œuvre : étiré à l’infini, le rythme s’abolit pour devenir pur présent.A l’occasion des 48h des Arts, nous avons reçu en direct Carmine Cella, compositeur de musique contemporaine et chercheur en informatique à l’ENS. Sa création interroge la notion de temps vécu dans l’œuvre : étiré à l’infini, le rythme s’abolit pour devenir pur présent. Il a l’habitude de dessiner le déroulement spectrotemporel de ses pièces avant de les transcrire en solfège. Les phénomènes physiques élémentaires de la lumière, de l’eau, de l’ombre, lui sont autant de motifs d’inspiration. Il nous parle de ses méthodes d’écriture, de son rapport aux interprètes et au chef d’orchestre, et de la « schizophonie » permise par la musique enregistrée aujourd’hui.

Carmine Cella — Expectations I

Carmine Cella — La Mémoire de l’Eau (extrait), par l’Ensemble contemporain de Lyon, dir. Daniel Kafka

Diana Deutsch — Speech-to-song Illusion

Carmine Cella — Reflets de l’ombre (extrait), Orchestre Philharmonique de Radio France, dir. Jukka-Pekka Saraste

Les derniers numéros de cette émission :

Rejoignez la conversation