Comme seconde étape, Écoute toujours jette l’ancre aux rivages de la Lo-Fi. Ce terme, abréviation de « low fidelity », désigne originellement un enregistrement de mauvaise qualité, au sens où ce dernier ne restitue pas fidèlement la sensation acoustique de la prise de son. Il est défini par opposition à l’expression « high fidelity » (ou hi-fi : haute qualité) qui estampille le matériel censé au contraire permettre une restitution électroacoustique très proche de la vraie expérience sonore, prouesse qu’a permis le développement des technologies d’enregistrement du studio pendant la première moitié du XXème siècle.

Le terme hi-fi est donc devenu synonyme de musique de bonne qualité, et on a fini par oublier l’origine purement technique – et non musicale – du terme. Or, le matériel d’enregistrement hi-fi est cher, et encombrant. D’où la nécessité à l’époque d’aller en studio pour enregistrer un album soi-disant correctement. Ce fait n’a jamais été remis en cause… jusqu’au années 70. Certains musiciens commencent alors à délibérément distribuer au public des enregistrements techniquement « de mauvaise qualité » en tant que vrais albums, et non comme simples maquettes. Ils ne demandent pas à l’auditeur de s’imaginer « ce que ça pourrait donner en studio »  mais d’apprécier l’album tel qu’il est. Le style Lo-Fi est né.

Celui-ci infiltre progressivement la folk et le rock, qui s’approprient d’abord ce choix technique – qui finalement devient un choix artistique – pour rejeter la musique normalisée produite par les majors, puis aussi pour communiquer la musique le plus directement possible au public. De l’enregistrement brut à l’album, sans intermédiaire interposé.

Avec cette émission, nous avons cherché à vous transmettre le goût de cette musique dépouillée mais toujours sincère. Ne vous étonnez donc pas du bruit de fond, de la saturation, et autres défauts techniques d’enregistrement sur ces morceaux… Ils font partie de la musique !

 

Playlist :

Tall Dwarves – Dare to tread
Bob Dylan – You ain’t going nowhere
Young Marble Giants  – N.I.T.A
Sonic Youth – Teenage Riot
Daniel Johnston – Never Relaxed
Julie Doiron – Spill Your Lungs
Smog –  Teenage Spaceship
François Virot – Not the One
Neutral Milk Hotel – Holland 1945.
Sebadoh – Sickels and Hammers
Sebadoh – Kath
Ty Segall – People These Days
No Age – Miner
Bibio – Fi
Sebadoh – Showtape ’91

 

Sources Web:

1. Liste de quelques albums fondateurs :

http://altmusic.about.com/od/top10lists/tp/lo-fi-albums.htm

2. Définition, historique et références :

http://altmusic.about.com/od/genres/a/lo-fi.htm

3. Quelques albums actuels inspirés de l’esthétique Lo-Fi :

http://www.allmusic.com/style/lo-fi-ma0000002701

 

Antoine Fermé, Pierre Vernaz-Gris, Jonathan Boulanger-Weill, Antoine Hocher et Charles Collot.

Présents pour cette émission: AF, CC, AH et JBW. A la préparation: AF, PVG, JBW, AH et CC.

contact: ecoutetoujours@gmail.com

Les derniers numéros de cette émission :

Plus de 2 réactions à cette émission !

Al

Superbe émission, merci !
Juste une précision sur les « Basement Tapes » : quand Dylan enregistre ces morceaux avec The Band il ne compte pas du tout en faire un album – ce sont des demos qui sont vendues à d’autres artistes qui en font des reprises. Les enregistrements de Dylan et du Band sont ensuite vendus par des pirates (premier gros bootleg), ce qui pousse sa maison de disques à les sortir sur un album officiel en 1975.

Rejoignez la conversation