Le réalisateur Antoine Desrosières est l’invité du Film Etait Presque Parfait pour nous parler de son dernier film, Haramiste, une comédie délurée sur le désir et  l’interdit… en salle depuis le 1er juillet 2015 (!) et disponible en VOD. 

« C’est quoi la taille de ton chipre? »

Haramiste est un film loufoque : 40 minutes de dialogue quasi-ininterrompu entre deux soeurs musulmanes qui portent le foulard et parlent de sexe à grand renfort de métaphores farfelues. Ce duo comique à la Laurel et Hardy (en plus jolies) révèle le talent des deux actrices non-professionnelles, Inas Chanti (Rim, la grande soeur) et Souad Arsane (la petite, Yasmina), qui sont aussi co-scénaristes du film.

« Frère muz, frère je m’amuse… »

« Haramiste », de l’arabe « haram », interdit, est un néologisme qui désigne le pécheur ou la pécheresse. Le titre met d’emblée l’accent sur l’ inventivité – langagière et existentielle – avec laquelle Rim et Yasmina se jouent des codes culturels. C’est ce jeu permanent sur le sens des mots, et les innombrables manières de le détourner, qui fait de l’interdit religieux un pur ressort de comédie. Loin du naturalisme sociologique, Antoine Desrosières nous plonge au coeur du fantasme adolescent et de son délire verbal, laissant libre cours aux puissances de la fiction.

« Je veux faire du tam tam sur ses fesses! »

Haramiste est une ode insolente au désir et au plaisir féminin, rarement célébré avec tant de  liberté.  A l’heure d’Internet, la découverte de la sexualité semble finalement à peine contrariée par le rigorisme religieux… Et la curiosité joyeuse de ces « jeunes filles en fleur » a une saveur universelle.

Rejoignez la conversation