Bienvenue pour cette première émission de « Le Film Était Presque Parfait » ! Tous les quinze jours, une équipe de détectives aguerris fera toute la lumière sur les sorties cinéma. Outre leurs pertinentes analyses, ce premier numéro se révèle déjà haut en couleur : scission autour de la problématique des bandes-annonces, pressions du lobby de Marc Ruffalo, et bien d’autres choses encore !

N’hésitez pas à nous faire savoir ce que vous avez pensé des films chroniqués en laissant un commentaire, nous comptons bien ouvrir une section de courrier des lectrices/teurs.

La prochaine émission aura lieu à 21 heures, le 9 octobre : on espère vous retrouver en direct !

Films chroniqués cette semaine :
– LES COMBATTANTS, de Thomas Cailley
– ENEMY, de Denis Villeneuve
– SILS MARIA, d’Olivier Assayas
– L’INSTITUTRICE, de Nadav Lapidd
– PARTY GIRL, de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis

Un grand merci aux chroniqueuses/eurs :
– Alice Ourliac
– Elie Piot
– Mathias Viallet
– Odile Chatirichvili

Conception et régie : Gabriel Alcaras

Crédits :
« Walk Like You’re Brand New », Learning Music Monthly, Licence Creative Commons, remixé pour l’occasion.

Plus de 2 réactions à cette émission !

Irène

Bonjour !

J’ai écouté l’émission d’une oreille (mais attentive, l’oreille !), et je voulais juste rebondir sur un commentaire que l’un d’entre vous a fait sur le film « Les Combattants ».

D’après ce que j’ai compris, c’est un film défini entre autres choses comme étant « un film d’amour ». Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. La relation entre les deux personnages principaux est forte, mais elle reste pour moi seulement au stade qu’on pourrait qualifier de privilégié. L’attirance visible entre les personnages ne se transforme pour moi pas forcément en amour (cela reste pour moi très ambiguë, et pour une fois, on a enfin la représentation d’une relation « entre deux » comme il en existe beaucoup aujourd’hui, où deux personnes partagent des moments forts, et notamment une proximité physique, sans que forcément la question des sentiments amoureux interviennent.

C’est une des choses qui ont fait que j’ai trouvé le film moderne et pertinent. On ne sait pas ce qu’il va se passer entre les personnages après le film, et la possibilité ouverte qu’il ne se passe rien et que leurs chemins se séparent sans déchirement et sans larmes superflues donne une dimension authentique supplémentaire.

Voilà, petite contribution ^^ Sinon, émission très intéressante qui permet soit de comparer ses impressions à la sortie du ciné avec les vôtres, soit d’avoir une idée des films à aller voir !

Vivement le prochain numéro !
Bises à tous

Comments are closed.