Nous inaugurons le cycle Êtres de papier, consacré aux grands personnages de la Littérature, avec Vautrin.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

 

Premier chapitre consacré au mystérieux antagoniste de la Comédie Humaine.

Vautrin mérite bien deux émissions, ou bien il faut considérer qu’il ne mérite absolument rien… Aujourd’hui nous avons étudié les liens entre Balzac et son personnage, entre le monstre de Splendeurs et misères, et le monstre sacré de la littérature. Nous avons parlé courtisane, inversion, Michel Simon et marquis de Custine…

Le bagnard et l’écrivain, voilà un vaste sujet.

Émission enregistrée le 4 novembre 2020.

Le Confiné Raffiné #5.

Déjà 1 réaction à cette émission !

Selma

En écho à votre thèse établissant correspondance, jeu de miroirs possible, entre Balzac et Vautrin, une mise en garde de Nietzsche : « Qu’on se garde de cette erreur que l’artiste ne commet que trop facilement (…) et selon laquelle il serait lui-même ce qu’il est capable de représenter, d’imaginer, d’exprimer. En réalité, s’il était ce qu’il représente, il ne pourrait tout simplement ni le représenter, ni l’imaginer, ni l’exprimer. Un Homère n’aurait imaginé aucun Achille, un Goethe aucun Faust, si Homère eût été un Achille et Goethe un Faust. Un artiste digne de ce nom est séparé du réel de toute éternité (…). » F. Nietzche, in La Généalogie de la morale, « Que signifient les idéaux ascétique ? »

Rejoignez la conversation