Gérer un déficit est virtuose et morose mais pas quand on sort de la prose. Marisol Touraine en est l’héroïne.

Rejoignez la conversation