La beauté c’est une règle ? des lois ? des mesures ? Et le singulier dans tout ça ? On tente de sauver le singulier dans la beauté avec Mai Hua du blog Superbytimai.

On a dansé sur :
– I Swear / Sallie Ford & the Sound Outside / Dirty Radio / 2011 / Fargo Records
– Platoon / Jungle / Platoon / Drops – Singles / 2013 / XL Recordings
– Diabaram / Sakamoto feat. Youssou N’dour / From Senegal to the World / 2012 / Nascente

On a parlé de :
– François Cheng, Cinq méditations sur la beauté
– Nicolas Go, L’art de la joie

Maicouro

Les derniers numéros de cette émission :

Plus de 6 réactions à cette émission !

Camille

…j’ajouterais juste que la beauté singulière ne serait pas seulement liée à un état de fait mais bien plus à un état d’agir (autant dans la façon de se comporter que de regarder ou appréhender les choses), elle serait donc à la portée de beaucoup…

Camille

Oh, merci toutes les trois de nous offrir ce moment ! On aimerait prolonger la discussion au café, alors j’y vais un peu de ma prose…
La beauté singulière est insaisissable, elle est vivante, on la vit. Sans cesse et partout présente mais fugace comme l’eau qui coule entre les doigts. On ne peut pas la figer ni l’enfermer. C’est pourquoi une personne trouvée physiquement belle même dans le regard de beaucoup d’autres ne sera pas nécessairement « photogénique ». Il n’est pas aisé avec nos « outils d’homme » de parvenir à retranscrire cette beauté singulière (avec toutes les limites que la retranscription comporte en elle-même). Avec une alchimie de mots qui provoqueront un jaillissement ? avec un assemblage de couleurs et matières ? avec un appareil-photo qu’on aura su déclencher à l’instant où elle était presque saisissable ? avec une caméra que l’on oriente au plus proche d’elle ? (oui Timai, ta façon particulière de filmer/regarder, en ne bridant pas la vie ni les émotions, la laisse bien transparaître)… On ne peut pas l’acheter pour se la coller dessus cette beauté singulière. D’ailleurs, elle ne correspond à aucune matérialité ni mensurations particulières. On ne la possède pas mais on peut l’apprivoiser et s’en faire une amie qui vient souvent nous visiter…

Serena

Merci pour ce joli commentaire Hélène :) c’est vrai qu’il y a quelque chose de touchant de ce « au bord » c’est un peu fragile mais ça vient de loin, c’est fort. C’est une image qui donne envie de se développer je trouve, de rayonner. ENJOY !

Hélène

Ca me fait pleurer cette idée de beauté intérieure « au bord », je trouve ça super beau et très inspirant.

Merci ! Je découvre grâce au blog de Timai et Serena je suis très touchée par ta grande et « belle » bienveillance.

Rejoignez la conversation